Putain, j’ai choppé la chlamydia !

C’était lors de mon voyage en Asie du Sud-Est, au départ je voulais découvrir l’Asie comme beaucoup de jeunes. La culture, une autre vision des choses et manière de pensée. Un autre rythme de vie aussi, j’ai rapidement été séduit par tout cela et j’ai donc décidé d’y passer plusieurs mois pour profiter un maximum de cette aventure.

Continuer la lecture de « Putain, j’ai choppé la chlamydia ! »

Présentation

Premier artiste peintre virtuel, Martin Casariego est originaire d’Argentine où il développe ses techniques de peinture à l’Ecole des Beaux-Arts de Cordoba en Argentine au cours des années 2010.

Très tôt il décide de quitter les toiles et les peintures à l’huile pour se tourner vers l’art digital. Les nouvelles technologies ont toujours attiré Martin depuis son plus jeune âge. Malheureusement, en Argentine, durant la crise économique, la technologie n’était pas facile à trouver. Par chance sa mère recevait souvent du matériel depuis l’Europe ce qui a permis à Martin de baigner dans un monde d’art et de technologie. Grâce à cela, il a très vite développé ses aptitudes et fixer un objectif de vie important.

Son objectif était de devenir le premier peintre 2.0 à vendre ses créations.

Après une brève incursion dans le monde du design afin de financer un voyage d’exception vers la France, terre natale de sa mère, Martin se consacre pleinement à son art lorsqu’il habite à Paris.

Néanmoins les ressources se faisant rares, il rechercha un nouveau job de designer. C’est alors qu’il fit la rencontre de la marque Huawei lors d’un salon du mobile à Barcelone.

Alors designer pour la marque Wiko, Martin fait sensation en présentant sa conception du futur téléphone portable. Il le visualise comme un portefeuille s’ouvrant en 2 mais formant un écran unique. Martin est convaincu que les écrans pliables arrivent très bientôt.

C’est une technologie nouvelle, encore inexplorée, comme le digital painting où Martin a fait ses premiers pas. D’ailleurs en parallèle de ses activités il poursuit ses travaux dans la peinture 2.0 et pour lui le smartphone pliable est une occasion nouvelle de faire connaitre son art au plus grand monde.

Wiko n’étant pas décidé à augmenter les budgets de recherches concernant les écrans pliables, Martin comprend que s’il veut être précurseur dans ce nouveau domaine, il est temps de changer de direction.

C’est alors que Martin signe un contrat en or pour travailler au design du futur téléphone pliable de la marque chinoise.